Laurent Aubin, peintures

04 juin 2015

visuel...

 

Une démarche qu'on pourrait extensivement qualifier d'arithmologique, la symbolique du nombre. Mathématique au sens premier du terme; entre mesure et proportion, entre l'art et la science, un connecteur logique: les chiffres. 

 

Dans une société, un ensemble d'individus, chacun joue un rôle, et en principe à sa guise. Certains prennent le parti de tendre à se fondre dans la masse sans trop prêter d'attention à ce qui jalonne leurs chemins. Plus ou moins. D'autres se bornent à l'évidence de ces jalons. Et d'autres encore s'interrogent sur leur nature. C'est plutôt mon cas.  

  

le milieu 6+6+6=9

 

Désormais, la société humaine s'en remet plus à des systèmes (basiquement un système financier) qu'à des initiatives personnelles. Ce qui l'absout éventuellement de certaines responsabilités, comme l'appropriation du pouvoir, ou plus réductivement, l'appropriation tout court. C'est pour cette raison que perdure cette caste marginale et qui ne figure que comme une case (de) vide sur la majeure partie des formulaires convenus pour parfaire les procédés, et qu'on appelle "artiste".

Positivement, les artistes représentent ce rêve d'indépendance que la plupart se refuse, et c'est d'ailleurs ce qui fait qu'ils existent encore un peu. Péjorativement, les artistes sont des créatifs. Les architectes d'une société qu'ils reflètent et inspirent : quand elle se porte bien, ils foisonnent... négativement, car tout bien pesé, chacun est artiste, s'il l'assume. Et c'est pour cette raison que je suis "artiste peintre". Non pas parce que je me suis toujours demandé à quoi se bornait mon existence, mais plus parce que je suis né avec la volonté de le transmettre. La création est une affaire de langage en quelque sorte.

Essentiellement affaire de transmission et de maturation comme d'impulsion. La nature répond à une logique, celle qui veut par exemple qu'un simple brin d'herbe se caractérise par sa forme dodécagonale et qu'il n'existe aucun pré ne comportant qu'un seul brin d'herbe. Ni qu'aucun pré n'existerait sans herbe, et que si sa forme caractéristique semble l'evider, il n'en est rien car l'essentiel du pâturage s'y trouve contenu. Comme la plante ou comme un oeuf, l'ego cerne l'entité, contient son milieu, quoiqu'elle semble, quoiqu'elle fasse et quelques soient ses attributs: la forme est un outil virtuel, un système essentiel à l'être dont l'expression se différencie et se chiffre.

En quelque sorte, le langage est une affaire de chiffre. De caractère...  compter c'est connaître. Et c'est là tout le fond de mon propos. Pourquoi de chiffres? parce qu'ils synthétisent le code de base du langage. Et qu'il s'agisse de comédie, d’écriture, de musique ou de peinture, tout est affaire de proportion. Celui qui comprend la nature de l'existence est immortel. Il ne s'imprègne pas d'une toute puissance universelle, il ne s'approprie rien, mais reconnaît la source de son existence, la vie. C'est très grandiloquent et peut sembler bien creux. Mais celui qui a le bonheur de contempler l'instant en sachant qu'il ne pourra jamais que partiellement le restituer sait de quoi je parle, car il sait quel est son centre, il sait compter. Pas calculer.

 

novénal 2

 

En 1794, la révolution a imposé une mesure universelle, un étalon neutre décimale afin d'en unifier plus de six mille différentes. peut-être pas de les éradiquer. Jusque là, la référence dominante, comme celle du mile de 0.54 à 0.621 km, tournait autour du nombre d'or (par son inverse),  On a tenté l'approche la plus précise (la plus carrée) en évinçant la plus juste, et par ailleurs un pont entre numération et énumération, 

S'en remettre à un système, c'est savoir se reposer sur des calculs. Les maths n'ont pas plus valeur de religion qu'autre chose, mais aussi juste et précis soit un calcul, il ne s'inscrit que dans sa justesse. Celle-ci appartient au vivant, pas à l'abstraction. Le vivant n'absorbe que le vivant. Parmi la multitude de vecteurs qui tissent cette existence, certains ont valeurs d'armatures universelles, et comme tout bon calcul, elles sont immuables mais éphémères, et, telles que les remous d'une rivière, récurrentes, voire constantes. Comme ces chiffres auxquels se réfèrent inexorablement des maths "modernes" qui les trahissent souvent. L'arithmologie ne se conçoit pas sans arithmétique, ni l'arithmétique sans géométrie. Le contour formalise l'essentiel, sa substance, pour le différencier. Aussi abstraits soient-ils, un carré demeure un carré et un cercle un cercle, un 2 un deux et un trois un 3. Comme une monnaie ne peut exclure l'échange ou l'ombre la lumière, un véritable système de mesure ne peut effacer les autres. Unité et pluralité sont indissociables, un artiste demeure un créatif, et un galeriste un marketeur. Si l'un peu souvent jouer le rôle de l'autre, chacun assume sa fonction afin de travailler ensemble. C'est comme ça, et c'est ici que s'arrête la mienne... transversale




->Voir les descriptifs

 

2012 

 

Le penseur 

Le penseur   

 

23x23 

23²

 

alea jacta 

al_zara

 

2013

 le fil de l'âme  

le_fil_de_l'âme

 

Mona Juliette2         

mona_Juliette

le cavalier blanc

 le_cavalier_blanc

 

synthesis (51) derrière le miroir

synthesis

Jerusalem

 Jérusalem

 

nucléosome

 nucléosome

 

Christos 93

christos

 

impossible n'est pas heptaèdrique

décaoctaèdre occupé

 

98=17

98

 

angel's gate

le_messager

    

sur la route de Babylone

la route de Babylone

 

en saluant l'architecte

en_saluant_l'architecte

 

peace and love

illusion_et_perspective

 

 

 

seed process 1

seed_process

 

Apogée, le ratio

le_ratio 

 

     le choix 

le_choix  

axis mundi

axis_mundi 

 

 

2014 

 

portion

le spectre

 

sept neuvièmes

pyramide

Job - contenu et contenant

centre_et_médiane

 

conscience

conscience

ad libidum

ad_libidum

 

eideos

eideos

 

angle d or

angle_d'or 

  

dérive géodistique

 

 

2015

effet lotus

missing drop l'effet lotus

            huiles sur toile 90x130 canevas de 9/14 Tore énéaèdrique par intersection de deux heptaèdres. Les graines de la plante sont fréquemment groupées par dix, limite illusoire du plan. Le lotus forme des couronnes de 28 pétales, dont la couleur est une fréquence harmonique de celle du la. Ses feuilles, énéaèdriques et dont la couleur s'harmonise ici sur des fréquences comprises  entre do dièse et ré se centrent sur leur pétiole selon la proportion d'or. Du nombre d'or à sa racine carrée (9/7) imperméabilité structurellement relative. 

 

  Dessins 

 

lampe merveilleuse

spirale_d'or

 

Jean de Patmos

pentadécagonade du carré

concave convexe

concave, convexe

 

procession 

vraissemblance 

neuf septièmes pyramides

neuf_septième

exponentiel

étoile_décaèdrique

 

lumière et matière

1/7=0.142857142857..;   

5+7=12 la masse volumique repose sur la médiane

thaou_lawou

 

chiffres

autoportrait 

polymorphe heptaedrique 

calepin -

oeuf      

compas lumineux

le secret des pyramides

double_tetraedre

 

horizon décimal

pompompom

génération spontanée 10/7

effet mat

espace, volume et mouvement

division cellulaire et cosmogonie principe matriciel, géométrie existentielle

phi_et_pi

 

17

1 4 7

résonance

 

 

->descriptifs

 

 

BookCoverPreview les chiffres

 

104001059

 


24 octobre 2014

...un premier aperçu de ma démarche

 

 

Disponible chez Edilivre

 

Comptes et décomptes du paradis blanc

 

 



(...) Il s’est écoulé un certain temps depuis que j’ai
écrit les pages qui suivent. Il me semble bon
d’apporter une mise à jour quant à ma façon de
présenter la matière qui m’occupe. Même s’il semble
vrai qu’on pourrait la résumer de bien des façons
différentes. Comme EP>EM ou (5/6)² approche psi…
en bref que la causativité n’est pas proportionnelle à la
masse ou la taille d’un élément donné mais son
intégrité…


Arithmos. Ce mot signifie nombre en grec. De
nos jours, on parle de Maths. Les mathématiques sont
un langage, l’étude de la matrice. Il permet de
compter (du latin computare et du mot conter), bien
plus que de calculer : le premier explique ce que
l’autre justifie de peur de comprendre. La matrice est
une fonction, mère. Un langage qui n’est pas
n’importe lequel. Il s’agit du seul et unique langage
universel qui rend compte de la façon dont se
 proportionne tout ce qui est. Il est d’ailleurs à la
source de nos alphabets occidentaux. Une affaire
d’expression aussi bien « scientifique »
« qu’artistique". Un ensemble de concepts infiniment
plus puissant que n’importe laquelle des milliers de
langues parlées et écrites par l’être humain et dont la
définition ne peut pas se réduire dans ses termes. Une
étude abordée au cours de la toute petite histoire
humaine connue sous différentes formes, différents
« sous-langages » comme celui des maths
« modernes » (Pascal, Riemann, Euler, Einstein,
etc…) depuis le XVIème siècle, des mathématiciens
indiens, babyloniens, grecs ou du confucianisme par
exemple. Les mathématiques sont ce sur quoi se
centrent toutes les religions et toutes les philosophies
que l’Homme a connu, et auxquelles ont peut ajouter
la tendance scientiste actuelle. Et tout en fait. Bien
qu’on les abordent actuellement sous une forme
stéréotypée tendant à la négation puisqu’on ne
subdivise même plus cette approche en arithmétique,
algèbre et géométrie et qu’on enseigne couramment
aux universitaires d’oublier les nombres et que tout se
base sur le zéro, les mathématiques sont codifiées,
disons de temps immémoriaux , dans les chiffres. Ce
terme vient de l’arabe (étymologiquement et grosso
modo « l’expression ») sifr qui signifie caractère, et a
donné zéro (l’ensemble de ces caractères). Mais les
chiffres, revenus d’Inde, existaient avant. La nature se
proportionne naturellement en six (comme le prisme
des émission magnétiques de la galaxies, le cerveau, le
nucléosome, la palette oculaire etc…) et on a beau
donc remettre perpétuellement en question sa mesure
naturelle, elle est immuable. C’est ce qui explique la
résurgence de ce même langage d’une société à l’autre.


Les chiffres sont des fonctions, vectrices qui
permettent de décrire l’agencement des formes et leur
mesure, à l’infini. Infiniment approchés mais jamais
arrêtés, il déterminent des ensembles et des directions
et sont implacablement relatifs. Ce sont des ratios qui
constituent le langage le plus pur et le plus neutre
possible, le rationnel. Le terme de géométrie dont
l’étymologie est grecque fut transmis par les égyptiens
qui arpentaient à chaque décrue les terres enrichies
d’alluvions du Nil afin de les redistribuer. Chaque
année… Une affaire d’équilibre et de partage. De
mesure entre un ensemble et des éléments. Les
mathématiques sont donc inexorablement libres et
tout être doué d’un cerveau en est dépositaire comme
tout ce qui est. L’existence se proportionne selon un
seul et unique modèle de base qui offre une infinité de
variables mais se relate sur quelques constantes
primordiales. Le savoir est un avantage, c’est aussi un
gage de bonheur. Son lègue le plus précieux, la
compréhension universelle et l’intelligence. Car,
comme entre le cercle et le carré, le mouvement et
l’espace, ou l’espace et le volume, il y a un lien
indestructible entre l’informel et le formel, une
approche tant rationnelle que synthétique de la vie et
de l’ensemble de ses principes qui autorise chacun à
envisager et réaliser en soi ce que l’on appelle la
science commence à peine à entrevoir. Il n’y a qu’un
A.R.N. et il n’y a qu’une existence en partage. Il y a un
jeu de polarité, l’hexagone repose sur trois axes, c’est
la vie. Il y a un jeu différentiel, le cerveau repose sur
trois lobes par deux hémisphères (si l’on fait
exception des lobes temporaux). Le rationnel ne
divise pas, il différencie. Neuf chiffres suffisent à
l’appréhender. Alors pourquoi se voiler la face plutôt
que d’observer et s’offrir la possibilité de le
transmettre ?


Réfléchir à la façon dont se proportionne ce qui
nous entoure, la nature d’un paradigme, n’est pas
abstrait en soi. Ce qui l’est, c’est ce qu’on soustrait à son
observation. (...)

 

 

 

Posté par Laurent Aubin à 23:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mars 2014

Remerciements

 

 

nelly-breton-ouvre-sa-maison-aux-expositions

http://www.ouest-france.fr/nelly-breton-ouvre-sa-maison-aux-expositions-723383

 

Posté par Laurent Aubin à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mars 2014

Summertime: piano 1990

 

 

Posté par Laurent Aubin à 12:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mai 2013

Certains des premiers sont les derniers

 

Jean de Patmos

 

seize_septièmes

5+7=12 la masse volumique repose sur la médiane

 5+7=12 "la masse volumique repose sur la médiane" - Lisez-moi, je vous revendrai la bombe A, à paraître

Tout est genèse.

heptaèdre

 147 258 369

5

7 7

10  10

14   14

20    20

28   28

40 40

57

80 80

11   11

16     16

22      22

32     32

45   45

64 64

90

...

 

1/7=0.142857...

 


28 février 2013

génération spontanée

Ce n'est pas anodin de constater qu'il n'y a qu'une forme qui permet de visualiser une constante de croissance (ou de génération) qui équivaut à la racine carrée de deux. Cette forme est de base heptaèdrique, par sept. Elle permet de visualiser l'espace plane, le volume et le mouvement. 7, nombre polymorphe linéairement heptagonal comme carré, est harmonique du nombre d'or (1.6180339887...), proportion symétrique et fondatrice en perspective. L'heptaèdre permet par delà d'envisager toutes les autres constantes naturelles, comme celle de la racine carrée de cinq, limite du périmètre d'expansion des branches constituant la ramure d'un arbre par rapport à son tronc (loi fractale). Ou la racine carrée de trois, informelle... soit 10/7, 16/7 ou 12/7.... 

Il n'y a pas d'autre moyen de mesurer la dimension naturelle de l'existence que de comprendre celle fondatrice du chiffre 7. On approche aussi pi par 22/7 (Archimède).

N'y a-t-il pas ici un rappel de quelque chose que notre mode sociétal aurait pu avoir oublié depuis Babylone (ou un peu avant...), ce qui nous fait unanimement maudire les mathématiques et relèguer l'arithmologie au rang d'occultisme?

 

génération spontanée

 

 

 

 

01 février 2013

jalousie

jalousie

Jalousie huile sur toile 50x50cms

prix proposé: 350 euros

 

 

J'ai pris la décision il y a quelques années de vivre de mon travail. Ce que je fais. Parce que je suis ce que je fais. Pas d'autre chose. Je suis bien conscient que le plus extraordinaire en ce qui me concerne est moins ce que je fais que le fait que j'en ai est survécu jusqu'à présent sans aggraver ma situation sociale, mais en la maintenant à 0. Maintenant, je ne sais jamais comment je vais manger et finir le mois qui commence. J'ai fait le tour de notre structure sociale. Ici particulièrement, en France. Je la connais assez bien, et j'ai compris que, comme la vie, elle n'a rien à m'apprendre que je ne sache déjà. Mais, surtout, je l'ai compris, et jamais je ne travaillerai à nouveau dans une direction foncièrement erronée en terme de survie. La structure sociale est d'ordre mathématique, parce qu'une situation appelle sa mesure, et un ensemble se constitue d'éléments dont la pérénnité n'est assurée que par le respect de proportions équilibrées. Ce sont les mêmes qui animent les uns comme le tout. La nôtre est dans une impasse binaire. Il est déjà trop tard pour l'en sortir, mais pas pour le comprendre. L'erreur se rectifie naturellement, elle a une raison d'être. Chacun doit abandonner certains compromis sans se retourner pour en rencontrer de nouveaux. C'est la seule issue vers un nouveau monde, en harmonie avec la nature, sa nature... vraiment mathématique. Aussi pratique soit-il le langage binaire est naturellement paradoxal et le virtuel permet le dépassement de la fiction, mais n'abouti qu'au virtuel... à moins qu'on ne le prenne que pour ce qu'il est: un arbitraire. Si 0=F et 1=V alors 0 est aussi vrai que 1 est faux... Le principe de la liberté de son choix, ternaire, est permanent et rémanant, relatif. C'est la conscience, un principe autrement codifié, dans les chiffres. L'expression la plus achevée du formel et de l'informel. On m'achète parfois mon travail, mais pas assez pour me permettre de continuer, et c'est le cas de tous ceux qu'on appelle artistes par commodité. J'ai fait, si on veut, un peu le travail de ce Néo dans Matrix, faites-le aussi, je vous invite à regarder ce que je fais comme tout ce qui vous entoure: avec vos yeux comme vos deux hémisphères cérébraux. Par vous-même. Art et mathématiques, les vraies, notre architecture. Bien sûr, je vends mon travail, il n'est pas simplement destiné à être téléchargé. Je mange aussi. Aussi immuables puissent-elles se montrer, les proportions ne sont pas figées mais relatives. Merci d'y penser...

 

 

...s'il vous plaît, formulez votre demande... 

Sur demande:

Portraits numériques

caricatures

portraits

toiles

ateliers

 Comptes et décomptes du paradis blanc