Ce n'est pas anodin de constater qu'il n'y a qu'une forme qui permet de visualiser une constante de croissance (ou de génération) qui équivaut à la racine carrée de deux. Cette forme est de base heptaèdrique, par sept. Elle permet de visualiser l'espace plane, le volume et le mouvement. 7, nombre polymorphe linéairement heptagonal comme carré, est harmonique du nombre d'or (1.6180339887...), proportion symétrique et fondatrice en perspective. L'heptaèdre permet par delà d'envisager toutes les autres constantes naturelles, comme celle de la racine carrée de cinq, limite du périmètre d'expansion des branches constituant la ramure d'un arbre par rapport à son tronc (loi fractale). Ou la racine carrée de trois, informelle... soit 10/7, 16/7 ou 12/7.... 

Il n'y a pas d'autre moyen de mesurer la dimension naturelle de l'existence que de comprendre celle fondatrice du chiffre 7. On approche aussi pi par 22/7 (Archimède).

N'y a-t-il pas ici un rappel de quelque chose que notre mode sociétal aurait pu avoir oublié depuis Babylone (ou un peu avant...), ce qui nous fait unanimement maudire les mathématiques et relèguer l'arithmologie au rang d'occultisme?

 

génération spontanée