Photos liées au tag 'proportion'

Voir toutes les photos
04 juin 2015

visuel...

 

Une démarche qu'on pourrait extensivement qualifier d'arithmologique, la symbolique du nombre. Mathématique au sens premier du terme; entre mesure et proportion, entre l'art et la science, un connecteur logique: les chiffres. 

 

Dans une société, un ensemble d'individus, chacun joue un rôle, et en principe à sa guise. Certains prennent le parti de tendre à se fondre dans la masse sans trop prêter d'attention à ce qui jalonne leurs chemins. Plus ou moins. D'autres se bornent à l'évidence de ces jalons. Et d'autres encore s'interrogent sur leur nature. C'est plutôt mon cas.  

  

le milieu 6+6+6=9

 

Désormais, la société humaine s'en remet plus à des systèmes (basiquement un système financier) qu'à des initiatives personnelles. Ce qui l'absout éventuellement de certaines responsabilités, comme l'appropriation du pouvoir, ou plus réductivement, l'appropriation tout court. C'est pour cette raison que perdure cette caste marginale et qui ne figure que comme une case (de) vide sur la majeure partie des formulaires convenus pour parfaire les procédés, et qu'on appelle "artiste".

Positivement, les artistes représentent ce rêve d'indépendance que la plupart se refuse, et c'est d'ailleurs ce qui fait qu'ils existent encore un peu. Péjorativement, les artistes sont des créatifs. Les architectes d'une société qu'ils reflètent et inspirent : quand elle se porte bien, ils foisonnent... négativement, car tout bien pesé, chacun est artiste, s'il l'assume. Et c'est pour cette raison que je suis "artiste peintre". Non pas parce que je me suis toujours demandé à quoi se bornait mon existence, mais plus parce que je suis né avec la volonté de le transmettre. La création est une affaire de langage en quelque sorte.

Essentiellement affaire de transmission et de maturation comme d'impulsion. La nature répond à une logique, celle qui veut par exemple qu'un simple brin d'herbe se caractérise par sa forme dodécagonale et qu'il n'existe aucun pré ne comportant qu'un seul brin d'herbe. Ni qu'aucun pré n'existerait sans herbe, et que si sa forme caractéristique semble l'evider, il n'en est rien car l'essentiel du pâturage s'y trouve contenu. Comme la plante ou comme un oeuf, l'ego cerne l'entité, contient son milieu, quoiqu'elle semble, quoiqu'elle fasse et quelques soient ses attributs: la forme est un outil virtuel, un système essentiel à l'être dont l'expression se différencie et se chiffre.

En quelque sorte, le langage est une affaire de chiffre. De caractère...  compter c'est connaître. Et c'est là tout le fond de mon propos. Pourquoi de chiffres? parce qu'ils synthétisent le code de base du langage. Et qu'il s'agisse de comédie, d’écriture, de musique ou de peinture, tout est affaire de proportion. Celui qui comprend la nature de l'existence est immortel. Il ne s'imprègne pas d'une toute puissance universelle, il ne s'approprie rien, mais reconnaît la source de son existence, la vie. C'est très grandiloquent et peut sembler bien creux. Mais celui qui a le bonheur de contempler l'instant en sachant qu'il ne pourra jamais que partiellement le restituer sait de quoi je parle, car il sait quel est son centre, il sait compter. Pas calculer.

 

novénal 2

 

En 1794, la révolution a imposé une mesure universelle, un étalon neutre décimale afin d'en unifier plus de six mille différentes. peut-être pas de les éradiquer. Jusque là, la référence dominante, comme celle du mile de 0.54 à 0.621 km, tournait autour du nombre d'or (par son inverse),  On a tenté l'approche la plus précise (la plus carrée) en évinçant la plus juste, et par ailleurs un pont entre numération et énumération, 

S'en remettre à un système, c'est savoir se reposer sur des calculs. Les maths n'ont pas plus valeur de religion qu'autre chose, mais aussi juste et précis soit un calcul, il ne s'inscrit que dans sa justesse. Celle-ci appartient au vivant, pas à l'abstraction. Le vivant n'absorbe que le vivant. Parmi la multitude de vecteurs qui tissent cette existence, certains ont valeurs d'armatures universelles, et comme tout bon calcul, elles sont immuables mais éphémères, et, telles que les remous d'une rivière, récurrentes, voire constantes. Comme ces chiffres auxquels se réfèrent inexorablement des maths "modernes" qui les trahissent souvent. L'arithmologie ne se conçoit pas sans arithmétique, ni l'arithmétique sans géométrie. Le contour formalise l'essentiel, sa substance, pour le différencier. Aussi abstraits soient-ils, un carré demeure un carré et un cercle un cercle, un 2 un deux et un trois un 3. Comme une monnaie ne peut exclure l'échange ou l'ombre la lumière, un véritable système de mesure ne peut effacer les autres. Unité et pluralité sont indissociables, un artiste demeure un créatif, et un galeriste un marketeur. Si l'un peu souvent jouer le rôle de l'autre, chacun assume sa fonction afin de travailler ensemble. C'est comme ça, et c'est ici que s'arrête la mienne... transversale




->Voir les descriptifs

 

2012 

 

Le penseur 

Le penseur   

 

23x23 

23²

 

alea jacta 

al_zara

 

2013

 le fil de l'âme  

le_fil_de_l'âme

 

Mona Juliette2         

mona_Juliette

le cavalier blanc

 le_cavalier_blanc

 

synthesis (51) derrière le miroir

synthesis

Jerusalem

 Jérusalem

 

nucléosome

 nucléosome

 

Christos 93

christos

 

impossible n'est pas heptaèdrique

décaoctaèdre occupé

 

98=17

98

 

angel's gate

le_messager

    

sur la route de Babylone

la route de Babylone

 

en saluant l'architecte

en_saluant_l'architecte

 

peace and love

illusion_et_perspective

 

 

 

seed process 1

seed_process

 

Apogée, le ratio

le_ratio 

 

     le choix 

le_choix  

axis mundi

axis_mundi 

 

 

2014 

 

portion

le spectre

 

sept neuvièmes

pyramide

Job - contenu et contenant

centre_et_médiane

 

conscience

conscience

ad libidum

ad_libidum

 

eideos

eideos

 

angle d or

angle_d'or 

  

dérive géodistique

 

 

2015

effet lotus

missing drop l'effet lotus

            huiles sur toile 90x130 canevas de 9/14 Tore énéaèdrique par intersection de deux heptaèdres. Les graines de la plante sont fréquemment groupées par dix, limite illusoire du plan. Le lotus forme des couronnes de 28 pétales, dont la couleur est une fréquence harmonique de celle du la. Ses feuilles, énéaèdriques et dont la couleur s'harmonise ici sur des fréquences comprises  entre do dièse et ré se centrent sur leur pétiole selon la proportion d'or. Du nombre d'or à sa racine carrée (9/7) imperméabilité structurellement relative. 

 

  Dessins 

 

lampe merveilleuse

spirale_d'or

 

Jean de Patmos

pentadécagonade du carré

concave convexe

concave, convexe

 

procession 

vraissemblance 

neuf septièmes pyramides

neuf_septième

exponentiel

étoile_décaèdrique

 

lumière et matière

1/7=0.142857142857..;   

5+7=12 la masse volumique repose sur la médiane

thaou_lawou

 

chiffres

autoportrait 

polymorphe heptaedrique 

calepin -

oeuf      

compas lumineux

le secret des pyramides

double_tetraedre

 

horizon décimal

pompompom

génération spontanée 10/7

effet mat

espace, volume et mouvement

division cellulaire et cosmogonie principe matriciel, géométrie existentielle

phi_et_pi

 

17

1 4 7

résonance

 

 

->descriptifs

 

 

BookCoverPreview les chiffres

 

104001059

 


22 mai 2013

Certains des premiers sont les derniers

 

Jean de Patmos

 

seize_septièmes

5+7=12 la masse volumique repose sur la médiane

 5+7=12 "la masse volumique repose sur la médiane" - Lisez-moi, je vous revendrai la bombe A, à paraître

Tout est genèse.

heptaèdre

 147 258 369

5

7 7

10  10

14   14

20    20

28   28

40 40

57

80 80

11   11

16     16

22      22

32     32

45   45

64 64

90

...

 

1/7=0.142857...

 

01 février 2013

jalousie

jalousie

Jalousie huile sur toile 50x50cms

prix proposé: 350 euros

 

 

J'ai pris la décision il y a quelques années de vivre de mon travail. Ce que je fais. Parce que je suis ce que je fais. Pas d'autre chose. Je suis bien conscient que le plus extraordinaire en ce qui me concerne est moins ce que je fais que le fait que j'en ai est survécu jusqu'à présent sans aggraver ma situation sociale, mais en la maintenant à 0. Maintenant, je ne sais jamais comment je vais manger et finir le mois qui commence. J'ai fait le tour de notre structure sociale. Ici particulièrement, en France. Je la connais assez bien, et j'ai compris que, comme la vie, elle n'a rien à m'apprendre que je ne sache déjà. Mais, surtout, je l'ai compris, et jamais je ne travaillerai à nouveau dans une direction foncièrement erronée en terme de survie. La structure sociale est d'ordre mathématique, parce qu'une situation appelle sa mesure, et un ensemble se constitue d'éléments dont la pérénnité n'est assurée que par le respect de proportions équilibrées. Ce sont les mêmes qui animent les uns comme le tout. La nôtre est dans une impasse binaire. Il est déjà trop tard pour l'en sortir, mais pas pour le comprendre. L'erreur se rectifie naturellement, elle a une raison d'être. Chacun doit abandonner certains compromis sans se retourner pour en rencontrer de nouveaux. C'est la seule issue vers un nouveau monde, en harmonie avec la nature, sa nature... vraiment mathématique. Aussi pratique soit-il le langage binaire est naturellement paradoxal et le virtuel permet le dépassement de la fiction, mais n'abouti qu'au virtuel... à moins qu'on ne le prenne que pour ce qu'il est: un arbitraire. Si 0=F et 1=V alors 0 est aussi vrai que 1 est faux... Le principe de la liberté de son choix, ternaire, est permanent et rémanant, relatif. C'est la conscience, un principe autrement codifié, dans les chiffres. L'expression la plus achevée du formel et de l'informel. On m'achète parfois mon travail, mais pas assez pour me permettre de continuer, et c'est le cas de tous ceux qu'on appelle artistes par commodité. J'ai fait, si on veut, un peu le travail de ce Néo dans Matrix, faites-le aussi, je vous invite à regarder ce que je fais comme tout ce qui vous entoure: avec vos yeux comme vos deux hémisphères cérébraux. Par vous-même. Art et mathématiques, les vraies, notre architecture. Bien sûr, je vends mon travail, il n'est pas simplement destiné à être téléchargé. Je mange aussi. Aussi immuables puissent-elles se montrer, les proportions ne sont pas figées mais relatives. Merci d'y penser...

 

 

...s'il vous plaît, formulez votre demande... 

Sur demande:

Portraits numériques

caricatures

portraits

toiles

ateliers

 Comptes et décomptes du paradis blanc

 

 

22 janvier 2013

heptaèdres

Base heptaèdrique figurant un nouveau solide, 4d, proportions selon constantes des racines carrées de 3, 2 & 5 développées sur nombre d'or.
 

espace, volume et mouvement

17 janvier 2013

100x150cms huiles sur toile

 

 

 

le fil de l'âme

                                                  Le fil de l'âme

 

 

synthesis 51

Synthesis (51) dérière le miroir 

 

 

 

06 avril 2012

Pompe à chiffres, la matrice numérique



couverture_complete

Bientôt disponible ici:

 

 

http://www.edifree.fr/doc/9643


10 euros en noir et blanc:

http://www.edifree.fr/doc/9642

 

 



13 mars 2012

Le mur

 

"Le compte est un rapport géométrique dont la lecture se nomme arithmologie, soit la symbolique des nombres. Cette dernière n'a rien d'exclusivement irrationnelle, bien au contraire puisqu'elle dépasse les règles d'arithmétiques et ne les contredit pas. Et la gématria comme la numérologie n'en sont que des applications qui n'en livrent pas les mécanismes à priori d'un point de vue arithmétique ou algébrique puisque rentrées dans l'ordre de l'ésotérisme. Elle s'est jusqu'à présent soigneusement placée à l'écart des règles mathématiques conventionnelles au profit d'une approche purement matérialiste et abstraite, non pas simplifiée mais évidée. J'entends par matérialiste une vue matériellement purement tri-dimensionnelle de la géométrie dès lors qu'on considère les trois autres comme abstraites, la première et la sixième se contenant (comme toute dimension qui se respécte d'ailleurs). Aucun compte ne demeure sans application pratique comme sans explication rationnelle et il se trouve que les nombres codifient les proportions universelles optimales.

 

 

63

                                                                   63

Ça peut sembler enfantin (et ça l'est certainement), mais un chiffre contient son inverse (2>0,5). Ainsi va ce que nous prenons pour une croissance exponentielle. En sens inverse, jusqu'à son septième exposant, lorsqu'il se retrouve pleinement. Nous sommes beaucoup plus grand que ça, maintenant... et libre de continuer sous une forme ou une autre. J'ai parcouru le chemin qu'on ne m'aurait jamais enseigné dans les universités, qui relie mon hémisphère gauche à mon hémisphère droit, celui de l'organisation du compte qui repose sur un alliage binaire et ternaire et dont la connaissance a été synthétisée sous l'appellation justifiée de nombre d'or, traduction d'un ratio irrationnel, une proportion de référence immuable caractérisant la relativité de notre univers et de son mouvement perpétuel et constant au travers de six dimensions contenues en une qui se soumet à sa propre mesure: 6/5x5/6 → 1 ← 7/6x6/7. Que les deux systèmes les plus répandus soient décimal et sexagésimal est finalement assez révélateur de la façon dont l'humanité perçoit la nature même de son fonctionnement matriciel: quel moyen plus radical pour qu'un pentagone contienne un carré ou s'y trouve contenu? 6x10=60 soit 3 fois 4 pentagones... ou 4 fois 3 carrés. En tout cas un volume dont l'expansion est proportionnelle à sa compression.


55

                                                                                   55


En résumé, se trouve contenu dans 9 caractères décrivant 10 intervalles d'une unité notre fonctionnement matriciel. Topologie d'un mouvement perpétuel centré sur 7, 1 et sa proportion, 6 portions. C'est cet harmonique du nombre d'or qui, sur un plan arithmétique, assure suivant l'ordonnancement du cardinal de sa fraction (142857) la cohésion du développement exponentiel de deux inverses, 5 et 2, dont les suites numériques se rejoignent dans le mouvement inverse (4 5 9 14 23 37 60 97...) de celle d'or, pour se réitérer suivant sa séquence médiane (3 4 7 11 18 29 47 76 123...) en un tore. Sa nature rationnelle comme irrationnelle, paire comme impaire, entière comme décimale pérennise un principe ultime de projection confractuelle mécaniquement réglé sur un développement binaire fractal ayant pour constante la racine carrée de 2 et proportionné dans un effet miroir par la racine carrée de 5, le nombre d'or et son inverse. C'est cette pseudo ligne droite étalonnant le principe du carré et oscillant entre 1 et 2 (ou 1 et 11) qui développe la surface illusoire d'un volume événementiel infini 1/9²=0,123456789012345678901234567890...

Ce contenu me semble assez révolutionnaire pour démontrer par l'utilisation des outils de la displine la plus rationnelle dont l'humanité dispose que, quelque soit la cosmogonie que chacun puisse se figurer, notre véritable matrice n'est pas linéaire bien que cette tendance en soit le fruit de sa nature circulaire et que l'interdépendance de ces deux aspects s'en avère, tout compte fait, le moteur primordial. Par conséquent, l'obsolescence de cette apparence superficielle et exclusivement rationnelle sous laquelle elle est communément envisagée pour quiconque, non seulement détient une véritable foi envers sa propre existence, mais tend simplement à l'existence. Je n'invente rien mais tente ainsi de contribuer à exhumer des décombres de ces temps révolus que représentent les entreprises outrageusement civilisatrices (et à bien des égards circonstanciellement humainement dévastatrices) des quelques derniers millénaires les restes d'un instrument de connaissance dont l'usage s'est trouvé trop longtemps écarté. Soit parce que les religions s'en sont malencontreusement approprié l'accès, soit que les cultures en résultant l'ont relégué au rang d'ésotérisme dans une démarche frisant le scientisme. L'arithmologie n'est pas une nouveauté, encore faut-il comprendre qu'elle est fondée sur des principes cohérents et vérifiés. Je ne sais pas si l'on peut considérer que l'éveil intellectuel de l'humanité a commencé avec l'observation des étoiles, mais sans doute qu'elle est née par amour. Il lui appartient de se comprendre, comme son penchant somme toute légitime à l'excès de mesures. Comme la cabale et nos alphabets occidentaux, l'astrologie provient des nombres, pas le contraire, et si elle est raisonnablement couramment décriée par l'astrophysique, elles sont toutes deux fondées sur des calculs trigonométriques. Connaître la vérité, c'est ce que chacun désire sans vraiment le souhaiter, mais plutôt l'appréhender. Comment? L'essentiel ne réside pas simplement dans la précision d'une mesure, mais dans le contenu du questionnement qu'elle tend à déterminer. Le fait que les nombres eux-mêmes codifient une géométrie mouvante et son processus de remise en question permanente autorise quiconque souhaite sincèrement accéder à un outil de connaissance universel, dont chacun est détenteur, à considérer qu'il n'est pas réservé à une élite intellectuelle ou mystique mais s'approche avant tout intuitivement: l'existence est coïncidence et un paysage se construit autour de voies de circulation qui en révèlent la cohérence de la forme comme du fond.


120                                                                 120

 

Envisager le compte comme un tricot me paraît de loin préférable que de se livrer à d'innombrables calculs linéaires et insignifiants. Or c'est l'absence absolue de signification communément ressentie envers les nombres qui donne à la plupart de piètres performances en calcul mental. Ce dernier n'est qu'accessoire, comme l'algèbre, ce qui ne retire rien à sa valeur, ludique notamment. Le terme compter, apparu au treizième siècle, provient du latin computare et du verbe conter. En effet, il ne s'agit de rien d'autre que de proportion et qu'avons-nous fait de notre vie si ce n'est en prendre la mesure?

 

     1    2    3    4    5    6    7   8   9

3 points  3 points  3 points  5 points  4 points  2 points  3 points  1 point  2 points  = 25



  1 4 7      2 5 8       3 6 9

  triangles      triangles et courbes         courbes



En tant que peintre, je travaille à représenter cette géométrie qui m'anime, comme je m'applique à la portraitiser par le nombre figuratif. Ce n'est pas une vocation mais une nécessité: une société qui ne sait pas compter est une horde d'analphabètes qui plebiscite un meneur et un bâton. Et pire, elle ignore la nature de l'oubli."


DSC04939


réfléchissons-nous....



Posté par Laurent Aubin à 15:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,